Le moulin rouge à Paris: bien plus qu'un cabaret

l'âme de Paris
Egérie de la culture française: le moulin rouge

Le moulin rouge à Paris n’est pas seulement un cabaret. C’est l’âme de Paris et son histoire qui transpire de tous ses pores. A tel point que ce n’est plus un établissement, mais un véritable monument de Paris que vous visitez.

Ce haut lieu des soirées parisiennes est un vestige des années  ou la France était Insouciante, légère et suait la joie de vivre. Construit en 1889, la date présageait la révolution, mais celle de la culture populaire, celle ou les bourgeois se mêlaient au peuple pour s’encanailler…

D’abord vulgairement représenté par des artistes comme la goulue ou le pétomane, sa renommée a vite grandie pour accueillir des artistes de renom. Edith Piaf, Yves Montand, Line Renaud, Jean Gabin et le plus célèbre : Toulouse Lautrec. Tous ces artistes ont contribués d’une manière ou d’une autre à la reconnaissance mondiale du lieu.

Côté spectacle, le moulin rouge c’est d’abord des revues de charme certes, mais des revues aux costumes magnifiques pleins de paillettes de strass et de plumes. A force de travail, la vulgarité a laissé la place à l’élégance et au raffinement à la Française. Féérie, la revue actuelle est composée de 80 artistes, de 1000 costumes : la démesure.

Mais on l’oublie souvent, le moulin rouge est aussi et surtout un restaurant. C’est assis à une table, en dégustant des mets raffinés et une bouteille de champagne que vous admirerez les magnifiques Doriss Girls…

La flamme de la liberté à Paris : mémoire de Diana

 

double héritage historique
Témoignage de l'amitié Franco-Américain et souvenir de Diana

Un monument surplombe l’entrée Ouest du pont de l’Alma : la flamme de la liberté à Paris.

Il s’agit de la réplique en grandeur nature de la flamme portée par la statue du même nom située à l’entrée du port de New York. Elle a été offerte à la France à l’occasion du centenaire de la belle Américaine en remerciement de sa restauration. A cette occasion la torche d’origine, vitrifiée pour être éclairée de l’intérieur, fut remplacée par une réplique en cuivre doré éclairé de l’extérieur.

C’est donc cette version que vous pouvez admirer le long des quais de la seine à Paris. Elle est aussi considérée par les deux pays comme le symbole de l’amitié. C’est Jacques Chirac qui inaugura ce monument en 1989. Sur une plaque, on peut lire : « Flamme de la Liberté. Réplique exacte de la flamme de la Statue de la Liberté offerte au peuple français par des donateurs du monde entier en symbole de l’amitié franco-américaine.

À l’occasion du centenaire de l’International Herald Tribune. Paris 1887-1987». C’est 10 ans plus tard, en 1997 qu’une tragédie mis en lumière la flamme : le décès de Diana Spencer sous le pont de l’Alma. C’est aujourd’hui une sorte de mémorial à sa mémoire pour de nombreuses personnes qui l’ont aimés et qui viennent régulièrement y déposer une gerbe, un petit mot ou simplement se recueillir. Ce fait n’est pas dû seulement au lieu du décès, mais aussi et surtout au caractère de la belle Anglaise dont les déboires et les réussites ont mis en avant une idée indispensable : la liberté des femmes. C’est de ce fait un lieu incontournable lorsque vous passez un weekend à Paris.

En région Parisienne: Il n'y a pas que Paris

s'évader de Paris
Paris n'est qu'un grand village

Paris est une ville d’art, de culture et de nombreuses activités toutes aussi intéressantes les une que les autres.

Sauf que Paris est une grande ville et si vous y passez une semaine, vous aurez peut-être envie d’ailleurs. Respirer l’air pur, visiter des lieux ou l’architecture ne semble pas vous entourer, vous étouffer et vous démontrer l’évidence : vous n’êtes qu’un anonyme parmi des milliers.

Une fourmi dans la fourmilière. Pourquoi alors ne pas délaisser pendant un temps la capitale pour partir à la découverte de sa région.

Au Nord, Chantilly vous tend les bras avec son château bien sûr, mais aussi son musée vivant du cheval.

Au Sud, la quiétude du château de Veau le Vicomte vous attend pour vous émerveiller. Ou encore Rambouillet et sa bergerie Nationale.

A l’est, la ville médiévale de provins vous attend de pied ferme. Spectacles de chevalerie, de fauconnerie et bien d’autres en perspective. Si vous aimez la gastronomie, passez du coté de Melun ou de Meaux pour déguster un succulent brie du même nom.

A l’Ouest, vous n’échapperez pas à Versailles, certes, mais n’oubliez pas de faire quelques détours par les méandres de la seine qui serpentent et vous offrent des panoramas magnifiques. Arrêtez vous dans les petits villages sur la route qui mène à la Normandie toute proche. Je vous prie de m’excuser pour tous les monuments merveilleux que j’oublie faute de place et de temps. Oui, bien sûr, la région Parisienne a bien d’autres choses à vous offrir que Paris.

La manufacture des gobelins : passé industriel de Paris

le passé industriel de Paris
Savoir faire unique de la manufacture des gobelins

Les Gobelins à Paris ne sont pas les petites créatures vertes des mythes nordiques. C’est le nom d’un teinturier dont l’activité fut si florissante que son quartier, actuellement dans le XIIIe arrondissement, porta son nom.

La tapisserie des gobelins, fleuron de l’industrie Parisienne jusqu’au XIXe siècle, fut créée lorsque Henry IV fit venir des tapissiers flamands en l’année 1601. Colbert, qui comprit rapidement l’intérêt financier d’un tel établissement, favorisa son développement. Louis XIV finança ce que l’on peut considérer comme un centre de création dédié au roi. On retrouve d’ailleurs encore plusieurs tapisseries des gobelins au château de Versailles.

La baisse d’activité constante depuis cette période poussa l’état français à financer un musée en lieu et place de la manufacture. Le bâtiment en brique et pierre taillée de la manufacture des gobelins à Paris abrite donc aujourd’hui un musée que petits et grands peuvent visiter. Mais afin de perpétuer le savoir faire de cet art décoratif particulier, les lieux abritent encore des ateliers de création et de restauration de tapisseries. L’activité artisanale est mise à l’honneur avec des ateliers de dentelle associés au mobilier national.

Le Manoir: une demeure hantée à mi-chemin entre un parc d’attractions et un musée

le mystère, le noir et l’horreur
Les légendes de Paris

Pendant un séjour à Paris il y a beaucoup de choses à faire, pour tous les gouts. Si vous aimez le mystère, le noir, les légendes et l’horreur il faut que vous visitiez le Manoir. Il s’agit d’une demeure hantée à mi-chemin entre un parc d’attractions et un musée qui fait revivre treize légendes de l’histoire de Paris sur un parcours interactif de 1000 m2.

A partir de légendes très connues par tout le monde comme celle du fantôme de l’Opéra et de la prison du masque de fer qui ont inspiré beaucoup de films jusqu’à ceux-ci méconnues par les étrangères comme celle du crocodile du Nil découvert dans la Seine sous le Pont Neuf en passant par l’histoire de Lestat de Lioncourt, le vampire crée par la romancière Anne Rice, les visitateurs peuvent vivre des émotions fortes en découvrant autrement l’historie parisienne à travers ses légendes.

Pour juillet et aout Le Manoir sera ouvert le jeudi et le vendredi de 17h à 21h et le samedi et le dimanche de 15h à 19h. Les tarifs vont de 15€ à 20€ selon l’âge. Le Manoir est situé au 18, rue de Paradis à 500 mètres de la Gare de l’Est.

Le musée d'histoire naturelle à Paris: destination famille

la savane
Hippopotames et girafes

Vous ne savez pas ce qu’est un tigre de Sumatra ou un Couagga? Vous pensez que le Dingo n’est qu’un personnage de Disney ? Vous qui pensez qu’il n’y avait rien avant l’homme, venez visiter le musée d’histoire naturelle à Paris.

La galerie de l’évolution, anciennement appelée galerie de zoologie, vous proposera un voyage au cœur de l’évolution des espèces.

Petits ou grands, déambuler dans ce corridor permet de se réconcilier avec la biologie. Plus de 7000 espèces vous attendent. Certaines depuis plusieurs millions d’années. Vous pourrez ainsi découvrir des espèces d’hier et d’aujourd’hui. Des espèces disparues, ou des espèces en voie de disparition. Vous pourrez vous rendre compte de l’impact de l’homme sur l’environnement, sur ce qu’il y a à préserver et le rôle que nous avons à y jouer.

Le musée d’histoire naturelle est un bon moment à partager en famille lors d’un weekend ou un séjour à Paris.

Le musée du vin à Paris

 

musée du vin
Paris et le vin

Qui aurait l’idée de venir faire de l’œnologie en vacance à Paris ? Et bien moi ! Vous pensez que je ne m’y connais pas en vin ? Et bien vous avez raison.

Mais c’est à deux pas de la tour Eiffel que je vais pourtant vous amener à apprendre l’art et la manière de déguster le vin.

Ce n’est pas dans les vignes, mais au musée du vin à Paris que je vous conterai la délicate science de la fabrication du vin. Dans les celliers utilisés par l’ordre des minimes au XVe siècle, vous pourrez vous initier à l’œnologie. Vous trouverez également dans le musée du vin à Paris, des collections d’objets usuels, d’objets d’art, d’outils, naturellement ayant pour thème le vin.

Si vous êtes nombreux, pourquoi ne pas organiser un déjeuner de groupe ou une réception œnologique. Dégustation de grands crus à l’aveugle, conférences historiques ou œnologique peuvent également être organisés sur demande. Alors, vous hésitez toujours ? Venez vous ennivrer dans la plus ennivrante des villes : Paris.

« Les Romanov, Tsars collectionneurs » chez la Pinacothèque de Paris

Les Romanov, Tsars collectionneurs
Les trésors de l'Ermitage à Paris

Il ya quelque jour que nous avons parlé de la Pinacothèque de Paris pour l’expo sur Corto Maltese, aujourd’hui on retourne chez là pour une autre exposition à voir pendant vos vacances à Paris : « Les Romanov, Tsars collectionneurs ».

Les Romanov ont collectionné beaucoup d’ouvres d’arts dans leur palais à Saint-Pétersbourg et aujourd’hui ces trésors se trouvent dans le Musée de l’Ermitage, qui a prêté une centaine de peintures et de sculpture à la Pinacothèque parisienne.  Cette exposition se déroule dans un parcours qui va de Pierre le Grand à Nicolas Ier en passant pour  Catherine II et Alexandre Ier.

Une bon plan pour voir jusqu’au  15 septembre 2011 des œuvres comme « David et Jonathan » de Rembrandt, « Le Contrat de Mariage » de Jan Steen, « L’Entrée de Marie de Médicis à Lyon » de Rubens ou encore « L’incrédulité de Saint Thomas » de Van Dyck. L’accès à l’exposition est de 10€ (plein tarif) ou 8€ (tarif réduit) et vous pouvez vous rendre à la Pinacothèque avec le métro 8, 12 ou 14 (station Madeleine).

La conciergerie: première demeure des rois de France

 

Demeure royale et prison
La dernière demeure de Marie Antoinette

On entend souvent parler du Louvre, de Versailles, mais peu de la conciergerie. C’est pourtant le principal vestige de la résidence des rois de France entre le Xe et le XIVe siècle.

L’ancien palais de la cité fut habité par Saint Louis, Philippe le Bel, Jean le Bon et Charles V. Ce dernier abandonna le palais, mais y maintint son administration. Une partie fut transformée en prison à cette époque.

La conciergerie servit pendant la révolution. Elle est surnommée l’antichambre de la guillotine, eut égare à la destinée funeste de ses occupants. Marie Antoinette y fut emprisonnée avant son exécution. Outre les qualités esthétiques de ce palais gothique, la conciergerie offre quelques expositions temporaires, dont la dernière en date: Bêtes Off.

La visite de la conciergerie offre une vue magnifique sur la seine, et une excuse agréable pour une balade rafraichissante. Amoureux de l’histoire, n’oubliez pas de venir visiter ce monument trop peu fréquenté lors de vos weekends à Paris.

Le pont Alexandre III à Paris

le plus beau pont de Paris
Pont Alexandre III et les invalides

La construction du pont Alexandre III à Paris et de la tour Eiffel sont liés. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’ils ont tous les deux été construits pour l’Exposition universelle de 1900. L’un pour réaliser un franchissement de la seine pour accompagner la création de l’actuelle avenue Winston Churchill et permettre une jonction entre les invalides et les champs Elysées.

Le point important de son architecture est qu’il est construit d’une seule arche à trois articulations. Il est encadré de chaque coté de la seine par des viaducs en maçonnerie.

L’architecture est un point important, mais il faut noter que c’est la décoration qui attire le plus l’œil du touriste. En effet, des pégases de bronze ornent les pylônes de 17 mètres dispersés aux 4 coins de l’édifice.

Le centre du pont est l’antre des nymphes, majestueuses compositions de cuivre martelé. 32 candélabres semblent couronner ce magnifique pont, inauguré lors de l’exposition universelle par Nicolas II tsar de Russie.

Le pont Alexandre III est un endroit privilégié pour admirer la seine et les invalides en perspective. Il peut constituer un point de départ intéressant pour une balade dans Paris.